Archives pour la catégorie 'Asturies, Cantabrie et Hendaye 2010'

Mouillage Ensenada de Poo

Photo du bouquin… Apparemment joli coin pour y poser son ancre !

En avant donc pour tester ce mouillage…

En arrière plan, les Pics d’Europe de la cordillère cantabrique !

Tiens, v’là la houle qui se lève… :(

Gijon

Nous ne sommes plus en Galice et petit à petit la France se rapproche. A présent, Renaissance est au pays des vaches, dans la Principauté des Asturies !

Ce matin, nous avons vite quitté notre précédent mouillage à Ribadeo car il ne fut pas aussi agréable que cela. En effet, nous avons du composer avec la houle qui comme d’hab’ venait faire gigoter le bateau pendant notre sommeil. Une fois en nav’, plus rien !

Pas de vent, plus de mouvements… On avance sur une étendue d’eau toute plate. Tout est calme ou presque, le ronronnement du moteur est lui bien présent. Nous ferons 65 milles dans une étrange atmosphère, légèrement brumeuse par moment. On bouquine, on s’repose, on s’égare dans nos pensées… Renaissance ne croisera pas grand monde, nous avons un peu l’impression d’être hors du temps, un peu en suspens.

Des drôles d’oeufs apparaissent sur la côte ; nous approchons de notre destination. Et paf un mur ! :) En fait, nous croisons deux grosses digues qu’il nous faut contourner.

Et puis v’là maintenant des bouées dans tous les sens, Gijon, capitale de la Côte Verte, se dessine devant nous. (Bon de la verdure, on n’en verra pas beaucoup…)

Entrée facile, nous voilà amarrés dans le port de plaisance de Gijon. Situé au coeur de la ville, il offre au plaisancier tous les services désirés sauf le net ! Enfin, si, ils l’ont mais chère, même très très chère la connexion. Pas grave, nous verrons plus tard. Nous paierons 21 euros la nuit ici…

Partis pour flaner dans la vieille ville, nous resterons finalement toute la soirée sur le voilier à discuter avec nos voisins de ponton. Couple d’une quarantaine d’années, ils profitent de leur congé pour une petite balade en Galice, en arrêt ici pour trouver les cartes nautiques nécessaires. On rigole, sont sympas, deux allés-retours aux antilles à leur actif… La nuit tombe, tout devient poisseux, au lit car demain on redécolle !

Ah, nous garderons un bon souvenir de cet équipage, un brin perché, qui arborait le pavillon STW sans vraiment trop savoir ce que c’était que ce truc… :)

Je pense que nous reviendrons certainement à Gijon une fois prochaine car pas mal de choses sont à voir ici…