Archives du mois de mai, 2010

Un portique dorénavant public

Enfin monté…

Semaine passée, nous avons enfin récupéré les deux pièces inox qu’il nous manquait pour installer le portique sur le voilier. Super, vlà qu’on peut maintenant accéder à la cabine avant sans avoir besoin de se contorsionner dans tous les sens !

Alors voilà un petit aperçu de ce que cela donne avant finition.

Il reste maintenant à repasser quelques touches d’enduit époxy par ci par là pour combler les petites imperfections, reponcer et puis peindre le portique.

Jean-Rémy a également fait passer tous les câbles nécessaires pour les futurs branchements.

Bref du câble et encore du câble… pour le radar, l’éolienne, le panneau solaire, l’antenne télé et et pour la lumière de poupe.

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • portique bateau inox

La fabrication du portique

Réalisation et fabrication maison d’un portique stratifié pour le voilier afin de pouvoir y mettre panneau solaire, éolienne et radar…

Découpage sur le pont du contre-plaqué et des tubes pvc pour les assembler et créer la structure de base. On choisira une hauteur de 2m10 pour les tubes.

Collage de la découpe, on obtient alors une largeur de quatre centimètres en tout…

Retour à Vares pour la mise en place du tissu en fibre de verre puis application de la résine époxy sur les tubes et sur le bois afin de fixer l’ensemble. Plusieurs couches seront posées.

Application de l’enduit époxy et ponçage pour éliminer ce qui dépasse.

Re-enduit et re-ponçage et re… encore et toujours pour bien consolider l’ensemble.

Bref, les deux montants sont presque prêts !

Maintenant, il faut s’occuper de la partie traverse de 2m50. Jean-Rémy continue avec le même protocole et avec la même joie de se voir couvrir de fibre de verre qui gratte ! Aïe… :)

Création dans le même temps d’un support pour le futur radar ; également straté, enduit et solidaire de la partie horizontale.

Puis retour au bateau pour la mise en place du portique !

Dans le même temps, commande au métallier de deux pièces inox pour la fixation du portique sur le pont…

Au final, et si l’essai est concluant… Financièrement, on va dire que cela nous revient à 3 à 4 fois moins cher que d’acheter un portique tout fait et non posé… hum !

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • portique pour voilier
  • fabriquer portique voilier
  • portique bateau
  • portique inox voilier
  • portique panneaux solaire pour voilier
  • portique inox pour bateau
  • fabrication portique voilier
  • fabriquer portique pour voilier

Non, nous n’avons pas coulé !

Renaissance s’en est finalement très bien sorti… Mais grosse frayeur pour tous les deux !

Alors, nous notons : la mort sûrement brutale d’un taquet, une amarre coupée net en deux, une partie du liston et de la peinture de coque abîmés, des chandeliers légèrement pliés par le ponton et un bon ponçage du bois de ce dernier sur toute la longueur du bateau.

On remarquera également l’inexplicable disparition du mousqueton de la gaffe pourtant resté paisiblement accroché sur la bouée (hum !?), et l’apparition de pare-battages supplémentaires…

A l’intérieur, pour l’instant, pas de dégâts visibles.

Ces derniers jours, nous avons donc resserré et redressé au mieux les chandeliers qui bougeaient, et puis monsieur s’est occupé de colmater quelques fuites, notamment en recollant un plexi du carré qui goûtait constamment… Bon, on s’était adapté mdrr. Ainsi, nous avions pris l’habitude de mettre un récipient en plastique dessous pour recueillir l’eau. Mais là, ça ce fut un peu la cata ! Ce dernier épisode pluvieux n’a pas fait apparaître comme habituellement une ou deux gouttes mais bien une quinzaine. Naturellement, il va sans dire que celles-ci plongeaient joyeusement sur la table et sur le plancher en évitant bien sur les cinq récipients disposés là ! Donc, c’est recollé mais ne crions pas hourra trop vite, pas avant la prochaine pluie… :)

Et puis dès que le temps l’a permis, nous avons remis le voilier à sa place doublement amarré sous la bouée. L’eau est bonne ? On en a donc profité pour changer cette dernière amarre vieillotte et toute raide pour une toute neuve. Super, le bateau et nos mains ne s’en porteront que mieux !

Comme un air de bateau-manouche sous le soleil…

Pour conclure, on s’en tire plutôt bien ! La prochaine fois, on sera peut-être plus apte à prendre toutes les précautions qu’il faut… Bah oui, on dit bien « ce qui ne tue pas nous… »

Rooo et puis mince, nous ne sommes pas des sérial-killers de taquets !  :)

Un soir de tempête

Alerte orange vents violents sur l’Aude ce mardi 4 mai…

Il est maintenant 23h au moment où j’écris ce petit mot. Le voilier est en vrac, la pluie ne s’est pas arrêtée et le vent souffle toujours très fort. Dégâts en veux-tu en voilà ?

Ça a commencé hier soir avec la pluie et le vent qui se sont manifestés. On a été un peu secoués dans la nuit mais après un rapide coup d’œil dehors, pas de souci ; tout allait bien. Le pire était en fait à venir comme l’annonçaient les prévisions météorologiques…

Ce matin, force 7 à 8 dans le port, juste de quoi nous stresser un peu et nous faire rajouter une amarre en plus au cas où. Bon ça devrait aller. Nous nous sommes donc mis en route pour Narbonne, entretiens d’embauche obligent (eh oui, au boulot les fainéants !). L’après-midi se passe, euh il s’éternise un peu en fait.
Et puis nous rentrons au port de Gruissan et là Patratra !

Nous retrouvons le bateau projeté le long du ponton.

Il était auparavant amarré à une bouée au niveau de la proue donc perpendiculaire à ce fichu ponton… En fait, le vent soufflant de nord-ouest (en plein dans le nez) a fait rompre l’amarre de devant. Paf, libéré, Renaissance a pivoté sur tribord grâce à l’amarre de secours de ce matin, et a bien sur complètement arraché au passage le taquet gauche du ponton. On n’ose imaginer avec quelle force le bateau a été lancé… Faut dire que là, ça rigole plus du tout. Il y a à présent un bon force 10 dans le port avec des rafales tellement puissantes qu’elles n’auraient aucun mal à vous balancer à la baille ! La coque frotte contre le ponton car les pare-battages sont passés par dessus. En plus de ça, le bateau montre un sérieux intérêt pour la borne électrique sur laquelle il s’appuie très largement…

Pousser le voilier de 10 tonnes à contre du vent ? Tout simplement infaisable !

J’appelle donc la capitainerie pour savoir si c’est possible de nous envoyer un petit coup de main (un gros de préférence). Cinq minutes après, trois bonhommes débarquent et aident Renaissance à se décoller un temps soit peu du ponton et de la borne. Il fait 3,5°C dehors, les vaguent lavent le pont, il pleut, ça souffle, les habits sont trempés, les mains sont gelées, et puis la fatigue se fait sentir… Bref l’épreuve n’est pas facile. Et je crois que je n’ai jamais vu un tel vent…

Bon on est un peu mieux, une amarre reprise sur la bouée nous « déhale » un peu du quai. C’est pas top mais ça tiendra pour la nuit, enfin on l’espère. Merci à la capitainerie de Gruissan qui a été très réactive sur le coup.

A présent, on gîte toujours contre le ponton et les rafales de vent sont toujours aussi impressionnantes. Manquerait plus que le génois décide maintenant de se dérouler… :( Il est heureusement bien ferlé.

Et c’est donc parti pour une nuit d’attente, le vent devrait en effet faiblir sur les coups de 4 ou 5 heures. Demain, on appréciera les dégâts. Demain, on verra. 

Dicton du jour : Amarre de secours, amie de toujours !

Note du jour : Avec toutes les fuites d’eau à l’intérieur du voilier, pas besoin de récupérateur d’eau de pluie, quelques sceaux placés judicieusement suffisent !

————————-

Edit de juin 2013 : Quoi, un force 10 est annoncé au port et pas de précautions particulières prises !!? 3 ans après, je me dis qu’on a vraiment été légers sur ce coup. Déjà, l’amarrage de base n’était pas adéquat : une simple amarre ragant sur l’anneau supérieur de la bouée ne suffit pas ! Aujourd’hui, c’est plutôt chaine+manille+amarre avec cosse cœur inox obligatoires et le tout amarré sous l’eau + une voire deux amarres en sus ! Ranger le pont et réduire le fardage aurait été bien. (La bôme était quand même descendue). Ensuite le bateau étant en plein dans la zone ventée, pourquoi ne pas avoir demandé pour changer de place hein !? Maso…

————————