Archives du mois de avril, 2012

Bonjour docteur…

–  Nous venons vous voir afin de faire un petit bilan santé et également pour constituer une pharmacie de bord en vue de voyager en voilier…
–  « Ah et vous allez où comme ça ? »
–  Aux Antilles normalement !
–  « Ah bah ça tombe bien ! J’en reviens juste, j’ai traversé en janvier ! »

Yé un voileux ! C’est quand même cool d’être tombé sur ce sympathique médecin hendayais avec qui nous bavarderons plus bateau que médecine… Une petite heure après et nous ressortons du cabinet avec sous le bras, une ordonnance pour des prises de sang et une autre pour les vaccins à faire avant le grand départ…
Concernant la constitution de la pharmacie de bord, j’avais déjà un peu planché sur le sujet mais finalement, il propose de s’en occuper et de nous faire signe quand l’ordonnance sera prête… Ok, on (je) patiente !

Donc pour le moment, pleins de picouz’ à prévoir, youhou ! :)

Premiers essais avec l’antidérapant

Donc une fois les zones délimitées, on scotche tout le pourtour. Ensuite vient le moment de choisir quelle peinture utiliser pour le pont et quel antidérapant y associer… Pour la peinture, on hésite entre de la « Perfection » bi- composant et de la « Toplac » monocomposant de chez International. on opte pour la deuxième principalement pour son prix et pour sa facilité d’application. Couleur « ivoire » pour se rapprocher le plus de celle du roof.

Concernant l’antidérapant, on choisit l’Interdeck, qui a plutôt bonne presse en général. Cf caché parmi les pages de pub, le comparatif de x antidérapants pour refaire son pont chez le V&V de ce mois-ci…

Alors au final, 3 couches de Toplac : certes super facile à appliquer mais par contre gros doute sur sa tenue dans le temps !?! Rien à voir déjà avec la bi-composant du roof qui est super costaud !

2 couches d’Interdeck : application au rouleau super facile également avec un rendu uniforme. Toucher sympa avec tous petits grains. Attention temps de séchage loooong ; se compte en jours ! Salissant ? Certainement !

Nous sommes assez contents du résultats, esthétiquement parlant du moins. Pour ce qui est de la longévité du truc, là pas vraiment convaincus. Mais bon sachant que ce n’est pas excessivement cher, s’il faut une autre couche l’année prochaine… Aller.

Les main-courantes sont vernies, ré-installées, le panneau de pont changé et le banc, doux pour les fessiers, est commencé ! (Olé !) Bon manque encore les dorades à fixer… :)

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • peinture antidérapante bateau
  • antiderapant de pont
  • peinture de pont voilier

Evacuation de la baille à mouillage

Notre baille à mouillage est mal foutue car il n’y pas d’évacuation satisfaisante pour l’eau… Eau de pluie ou eau de mer lorsqu’on remonte la chaîne, tout ça stagne dans le fond. Une certaine quantité de celle-ci réussit tout de même à trouver un petit passage via les coffres pour stagner ensuite un peu plus loin dans les fonds du bateau. Bref ça va pas.

Deux solutions possibles :

> Percer la coque pour y faire des trous d’évacuation direct vers l’extérieur…
Soucis, les trous doivent être suffisamment bas pour tout vider et surtout être parfaitement stratifiés sinon dégâts. Remontée d’eau quand le voilier tape du nez dans la houle ?

> Percer la baille à mouillage et faire un circuit de vidange vers la pompe de douche…
Pas de problèmes apparents donc on opte pour cette solution. Perceuse, tuyaux PVC, colliers, re-perceuse, silicone et passe-coque… Terminé. Ça fonctionne bien. L’évacuation plus haute que le bac de douche nous permet de voir quand ça coule par là. Souffler dedans via un morceau de tuyau permettra de déboucher si nécessaire…

Hop, on en profite pour faire un grand lavage de la baille à mouillage, y’a trop besoin ! :)

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • baille à mouillage

A poil le roof arrière !

Toujours dehors à rénover le pont ! Nous avons profiter du beau temps pour bien avancer sur ces travaux extérieurs. Et voilà que nous nous attaquons maintenant à la partie arrière du roof.

Petit défouloir du moment : on arrache tout ! Les morceaux de bois volent en éclat, les ciseaux à bois terminent leur tâche et la ponceuse vient les relever… La surface n’est pas grande, c’est rapidement terminé. Mains courantes et rail de grand-voile sont retirés. Renaissance se retrouve ainsi un peu dégarni…

JR joue avec la Watertite pour combler les trous surement sources de fuites et nous couvrons le tout avec un primaire époxy.

< Photo d’avant !

Après avoir parlé pendant un bon moment de la suite des travaux, nous tombons finalement d’accord pour laisser ça presque tel quel. C’est-à-dire que nous allons abandonner la réalisation d’un revêtement en bois pour un duo peinture/antidérapant ! Houlala bois sur passes-avant et antidérapant sur roof ?! Nous doutons du résultat mais c’est finalement une photographie d’un joli Westerly ayant cette configuration qui nous fera nous décider. Bon, pour l’instant je dois dire que cela nous choque beaucoup mais faut bien qu’l’oeil s’habitue…

Le pourquoi ? Pour « alléger » le bateau, pour l’éclaircir un peu… Et surtout pour la simplicité et la rapidité du truc !

Aller zou, on tente la chose ! Règle et crayon en main, nous commençons par délimiter les zones peinture et les zones antidérapantes. Certes on aurait pu faire plus simple, genre tout barbouiller d’antidérapant pis c’est tout. Mais sous les mains courantes, bah c’est pas top par exemple…

Coup de soleil pour lui, gratouille-soleil pour moi ! :)