Archive pour le tag guindeau Tag

Ce qui est fait n’est plus…

Peinture pâles et du socle de l’éolienne (polyester à nu)
Peinture pied du moteur HB + vidange essence pourrie + réparation visse pétée + changement des bougies…
Lessivage du pont x2 pour enlever la grosse couche noire, graisseuse et digoulasse qui recouvrait le bateau !
Recétolisation x3 mains courantes avant/arrière + rail de fargue + table de cockpit
Rafistolage des deux annexes + recollage poignée (flop n°1 : grosse annexe morte, plastique cramé décollé de partout, nous reste la petite)
Demi-finition des plafonds des deux salles de bain + ajout spot à leds SDB avant+ refit placard sous évier (bois pourri par humidité)
Révision et reprise de la GV principale par le voilier (coutures, accrocs)
Remonter radar, panneaux solaires, éolienne, grand-voile
Protections maison pour panneaux de pont

Petits tauds de panneau de pont pour la pluie (peu concluants)
Réparation du lazzy bag bien déchiré + coutures cramées (lazzy bag sur la fin déjà avant le départ, tous les fils sont cramés + tissu fragilisé)
Réparation pièce cassée du guindeau avec système D du capitaine : ça fonctionne ! (flop n°2 : guindeau d’occas pas cher acheté pour nada, pièce non interchangeable ! « T’es sûr que c’est les mêmes hein ? T’es sûr que c’est les mêmes heiiin ?? T’es sûr ?! »)

Ajout d’un ridoir sur l’étai pour reprendre de la tension
Révision de la pharmacie de bord et des équipements de sécurité
Grand lessivage de tous les matelas
Collage « LR » tableau arrière (oups’ peut être un peu trop petit)
Retouches accrocs peinture pont + lames de bois
Re vernis plan de travail cuisine
Changement manille chaîne ancre + nouvel amortisseur de mouillage (flop n°3 : chaîne bien bien rouillée)
Convalescence JR dengue ! (flop n°4 : prises et bombes anti moustiques inefficaces !)
Méga gros avitaillement, fond de réserve pour plus de 3 mois
Méga grosse lessive

Troc des livres déjà lus à la capitainerie
Téléchargement podcasts, films, documentaires…
Recherche docu prochaines escales
Se débarrasser de la voiture de loc’ n°2 (flop n°5 : voiture de loc’ n°1 visitée plusieurs fois sur le parking de la marina, une vitre démontée, vol de matériel, puis pare-brise pété sur la route, caution due mais prise en charge par l’assurance de la carte bancaire, ouf)
Décoller à l’éponge x2 la bague du presse-étoupe PSS colée à l’arbre car inactive trop longtemps…
Au revoir Yoda à son copain chat :)

 

Donc remis à plus tard…
Remplissage de nos 2 cubes Butagaz (Dominique/Antigua)
Redresser balcon avant tordu par l’abordage aux Tobago Cays (ou pas)
Reprise des lignes de pêche
Réparation échelle de bain en triste état (bois des marches pété)
Coller penons sur foc
Couture ou troc prochains pavillons de courtoisie
Couture d’une sangle sur chaque partie du taud principal pour mieux le tendre (ou pas)
Test batterie balise de survie
Ajout d’un palan de pataras
Achat d’unités iridium pour la transat’ retour (Saint Martin)
Remonter réflecteur radar
Enrouleur ou pas ?? (Saint Martin ?) (flop n°6 : révision en Martinique du génois SUR enrouleur, mais voiles endraillées correctes…)
Carénage pré transat retour ou pas ??

Après tout ça, sommes de nouveau en route !
Cap au nord, euh non au sud d’abord ! ;)

Murphy, barre-toi de là !

Dans la rubrique galères…

Partis de Tyrell Bay, nous sommes arrivés en tout début d’après-midi à Hillsborough, la capitale de Carriacou afin de faire nos formalités de sortie de l’état de Grenade.

Deux heures après et nous sommes toujours dans le bureau de l’immigration en train d’attendre que les trois vieux capitaines anglais déjà là veuillent bien accélérer la cadence et finir de remplir leur paperasse… Enfin ! Après un rapide avitaillement, nous levons l’ancre en vitesse pour rejoindre Petite Martinique à quelques milles de là.

Arrivés sur place, nous décidons de commencer par faire le plein d’eau et de gasoil au ponton B&C Fuels qui pratiquerait soi-disant les meilleurs prix des Grenadines… Accostage mouvementé ! Une espèce de ressac pourri malmène le bateau et ses amarres. Les coups de rappel sont violents et les chandeliers menacent de frotter sur le haut ponton malgré nos parre-battages. Sans compter le vent et ses rafales qui n’arrêtent pas… On se grouille de faire de l’eau car nos réservoirs sont à sec et nous décampons illico de là avant de tout péter… Tant pis pour le gasoil, et puis pas grave finalement puisqu’on en n’a pas bouffé énormément depuis Tobago. Stress quand JR s’est éloigné pour aller payer ! Je reste alors seule sur le bateau et là je me dis que j’suis vraiment dans la merde si l’amarre de devant ne résiste pas aux à-coups…

Ensuite tentative de mouillage devant Petite Martinique avec le soleil qui descend rapidement sur l’horizon. Echec n°1, pas accroché. Essai n°2, idem pas accroché sur fond de vase dégueu… Je suis en train de remonter l’ancre quand le guindeau choisit ce moment là pour nous lâcher aaah désespoir !

JR remonte alors le mouillage à la main tandis que j’essais d’écarter le bateau de cette bouée de corps-mort qui aimerait bien passer sous la coque. J’ai l’impression que ça dure une plombe…

Enfin, l’ancre est pratiquement remontée. Je commence à prendre la direction de Petit-Saint-Vincent juste en face pour mouiller devant sa grande plage de sable sans surprise… JR s’occupe de bidouilller le guindeau à l’avant quand soudain je l’entends hurler d’arrêter ! Hein quoi !!? Je coupe en vitesse le moteur.

Un morceau de filet de pêche est accroché sur l’ancre et file plus en arrière… C’te poisse !

On finit par réussir à remonter le machin en nylon plombé à bord et nous arrivons enfin devant PSV. Mouillage cette fois-ci sans problème et de bonne tenue… Une fois suffira. Ouf !

Mouillage de Petit-Saint-Vincent au petit matin…

Virée à la campagne

Retour à Tyrell Bay la planque pour visiter un peu celle qu’on appelle « l’île entourée de récifs ». Nous partons flâner sur les chemins qui mènent à la pointe sud-ouest de Carriacou. De là-haut, nous avons un chouett’ panorama sur  Mushroom et sur Saline Island. Nous croisons peu de monde en route hormis un mini-bus qui n’a bien sur pas manqué de jouer de son klaxon !

Le mouillage de Tyrell Bay

Le lendemain, nous avons pris la route de la capitale afin d’atteindre L’Esterre Bay et de monter jusqu’à Cistern Point. Là-haut, d’immenses maisons-chateaux se construisent cachées dans la végétation. Le contraste est fort avec les petites baraques situées en contre-bas, parfois faites de bric et broc…

L’intérieur de l’île est vallonné et bien vert. Petits pâturages disséminés, l’ambiance est calme et plutôt champêtre.

Avec étonnement, nous retrouvons ici les figuiers de barbaries et les cactus. La végétation est là mais bambous, lianes, monsteras et autres grimpantes qui nous plaisaient tant ont disparus du décor… Cela nous semble un peu moins tropical.

Demain, nous partons pour Petite Martinique, dernière Grenadine qui dépend de Grenade. Nous ferons d’abord un stop à Hillsborough afin de faire nos formalités de sortie du pays. Et « illégalement », nous comptons aller après à Petit Saint Vincent sans faire la paperasse réglementaire avant de rejoindre Union lundi… Paraitrait que ça se fait !

Mais d’abord, il faut faire le plein de rhum puisque c’est à Carriacou qu’on trouve l’alcool le moins cher, un passé de contrebandiers apparemment… :)

Un mot technique !

Notre sondeur va beaucoup mieux. Pour la petite histoire, Renaissance est équipé d’un sondeur Raymarine ST60 qui a toujours très bien fonctionné sauf depuis peu. Une fois sur deux, il se mettait à clignoter, à décrocher en affichant des profondeurs inexactes. Et le coup d’après, et étonnamment pour les arrivées, nickel ! Stress car on se demandait toujours s’il allait bien vouloir faire son boulot à temps. Bizarre… On pensait d’abord que peut-être la nature des fonds le perturbait… Mais non. Et puis que le régime du moteur jouait. Mais non. En fait, il s’agissait tout simplement d’un défaut d’alimentation. Lorsque le pilote auto était enclenché, pas assez de jus donc sondeur qui décrochait ! Et sans pilote auto, le sondeur remarchait… On comprend mieux du coup pourquoi on le récupérait in extrémis en voulant mouiller ! Une fois le problème identifié, JR a fait chépakoi et tout remarche maintenant comme il faut…

Problème n°2 est un peu plus embêtant. Une pièce de notre guideau est pétée ! Un truc qui retient l’ensemble de la poupée… Du coup, il faut le resserrer de temps à autre afin qu’il ne nous lâche pas en pleine remontée de l’ancre comme cela nous est déjà arrivé. Apparemment, la pièce Lewmar n’est commandable qu’aux USA… A voir !

Paradise Beach

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • serpent marin martinique

Place à la fougère

Le pont en bois est pratiquement terminé pour cette partie là. Les lattes ont été collées, jointées, « bouchonnées » et poncées ! JR passe maintenant à l’étrave pour terminer le bout du nez du voilier. C’est parti pour le design, la taille et la mise en place de la fougère ; pièce centrale du pont…

Nous avons reçu les pièces commandées pour remettre presque à neuf le guindeau ; donc changement des roulements et de la fixation alu qui était toute bouffée. Pour info, c’est un guindeau vertical 1000W Anchorman Simpson Lawrence qui n’est plus commercialisé à ce jour mais les pièces ont été trouvées par ici. Ensuite remontage guindeau, peinturlurage de protection et ré-installation de ce dernier…

Sous la chaine d’ancre et sous la poupée, le bois est soumis à des contraintes et aux frottements lors des mouillages. Pour y remédier et limiter les dégâts, on choisit de terminer la fougère du pont avec de l’Ipé pour son côté plus costaud…