Archive pour le tag à sec Tag

Ti carénage de printemps

Lundi, nous avons pris la direction de la zone technique pour sortir Renaissance de l’eau. Pour les intéressés, le prix de la manutention est deux fois moins cher qu’en Martinique. De plus, le sol est goudronné donc on ne pataugera pas pendant plusieurs jours dans notre bouillie d’algues…

Ça y est, le bateau est bien calé, les réjouissances peuvent commencer !
A première vue, il n’est pas si sale qu’on se l’imaginait… Un peu mais c’est pas non plus la cata. On s’était imaginé la chose bien plus pire en fait. Faut croire que l’antifouling pas cher de chez Compass appliqué l’année dernière a fait son boulot. A une cinquantaine d’euros le gros pot, on estime qu’il s’en tire pas trop mal ! D’ailleurs est-ce que de l’International (ou autres) aurait fait mieux ? La question reste entière… Il aurait fallu faire moitié moitié pour comparer. Bon du coup, on se dit qu’on aurait du embarquer quelques pots du pas cher avant de quitter la métropole parce qu’ici… L’antifouling n’est vraiment pas donné et on ne trouve que des grandes marques. On se rabat donc sur du Micron Extra érodable en promo…

Je suis au karcher, puis à la peinture pendant que JR discute avec les voisins, change le filtre d’arrivée d’eau de mer du moteur, discute, s’occupe de l’hélice et discute ! ;) C’est moi où je suis la seule à bosser roooh !? Capitaine ?? Tiens, d’ailleurs lors de l’installation du nouveau filtre, la jonction entre la vanne et celui-ci lui est restée dans les mains… Cassée net donc remplacée par du neuf également.

En tout, nous passerons trois jours sur la zone, à dégouliner de sueur la journée et à se faire bouffer par les moustiques le soir et la fraîcheur venus. On notera aussi que passer l’antifouling lorsqu’il fait très (trop) chaud est bien plus difficile… Son solvant devant s’évaporer, peu à peu sa consistance passe de « liquide » à « pâteuse » ! Et alors là, t’en ch*es grave pour l’étaler au rouleau…

Yoda a également eu chaud. On a du l’asperger d’eau plusieurs fois pour la rafraichir un peu. Elle a découvert les voitures et ça, bah ça fait trop peur ! Elle filait se cacher à chaque bruit de moteur… :)

Avant… L’hélice a quand même bien chargé

Et voilà un voilier tout propre ! Ou presque… Pour faire bien, faudrait qu’on nettoie aussi la coque mais on n’a pas d’échelle ou d’échafaudage.
Et puis bon, j’avoue : c’est surtout qu’on a trop la flemme… :)

… Et après ! Maintenant à l’eau !

Retour à l’eau

Séjour sur zone technique terminé ! Nous venons tout juste de remettre le bateau à l’eau. Ces derniers jours ont été bien occupés. JR s’est chargé de changer la bague hydrolube. Ce fut un peu galère pour réussir à sortir l’hélice mais finalement avec un arrache-… un peu plus costaud ça a fonctionné. Changement également des anodes. Pendant ce temps, je me suis occupée de la coque. Pour la déjaunir, nous l’avons frotter avec de l’acide oxalique. C’est tout simple, on laisse poser un peu et on rince à grande eau. Petite déception en observant le résultat… Mouai, c’est mieux mais c’est toujours crado quoi. Faut dire qu’à certains endroits, le gelcoat est décoré de pas mal de rayures et de trainées dégueu bien incrustées… La solution qui a bien marché c’est de passer les tâches récalcitrantes de la coque à l’acétone. Le résultat est beaucoup mieux ! Bon il reste quelques traces mais c’est acceptable pour ses 30 ans… Ensuite JR passera la lustreuse avec de la cire de protection pendant que je m’occupe de l’antifouling… La coque retrouve de l’éclat ! Primaire et matrice dure pour la chaise d’arbre et pour l’hélice…

Gros nettoyage du boat et visite de l’expert ce vendredi matin. Les coffres n’étant pas vides, JR reste avec lui pour permettre d’avoir accès à ce qu’il veut voir. Pleins de photos après, un coup d’oeil aux factures plus tard, et c’est fini. 1h30 en tout, rapide ! Verdict (positif !) quelques jours plus tard…

Remise à l’eau et direction le ponton sud ! Bon anniversaire capitaine :)

Ptit carénage 2012 avant le départ

Rendez-vous pris à la zone technique du port pour sortir le bateau de l’eau à 8h30. Mais curieusement, ce n’est qu’après trois tentatives et à peu près vers 15h30 que Renaissance se posera ENFIN sur son ber ! On remercie Monsieur Le Grutier (toujours le même) qui cette fois-ci n’a pas été capable tout simplement de manœuvrer sa grue pour sortir le voilier… Et pourtant c’est la troisième fois qu’on le grute à Hendaye ! Bon ok, la fois dernière ça passait juste mais il avait réussit du premier coup.

Première tentative marche avant : l’étai touche. Il veut en marche arrière.
Remise à l’eau.
Second essai, le radar et l’éolienne touchent ah bah oui il y a un portique ! Ça passe mais on ne rentre pas dans le ber donc utilisation de chandelles pour décaler les sangles. Ca passe enfin ! Tout le monde lui dit mais non Monsieur s’énerve avec les manettes de sa grue. Il veut qu’on démonte tout.
Remise à l’eau. Radar et éolienne déposés et poirote jusqu’à 15h.
Oh miracle, on applaudit le voilier est à terre !! Comment flinguer sa journée quoi.

Étonnement la calage est plutôt pas mal ce coup-ci, y’a pire sur la zone. Merci au deuxième monsieur du port pour son aide et sa sympathie.

Bon revenons à nos moutons. Renaissance n’est pas trop cracra ça va. L’hélice est un peu chargée comme d’ab et les anodes moins bouffées que les dernières fois. La quille ne présente plus de traces de rouille comme quoi nos travaux de 2011 n’ont pas été inutiles. Par contre le safran suinte encore un peu mais problème courant apparemment sur les bateaux de cet âge… Photos !

 

Karcher s’il vous plait ! Toute cette crasse, va falloir frotter ! :)

Changement du presse-étoupe

Aujourd’hui, direction la zone technique du port ! Nous avons récupéré la chose au bureau de poste hier et tout est prêt. Pourvu que ça se goupille parfaitement afin que ce changement de presse-étoupe soit réglé dans la journée. En effet, si nous effectuons séjour sur ber + remise à l’eau dans la journée, nous bénéficierons de moins 50% sur la deuxième manutention et au prix qu’ça coûte ici…  

La grue lève avec précaution Renaissance car l’étai touche un peu et menace de frotter contre la ferraille. C’est tout juste mais ça passe.  Ensuite vient l’installation à terre qui est tout aussi délicate car pas super adaptée et puis… Non, chut, il vient tout juste de prendre la relève du vieux ; c’est peut-être normal lol.

Bon revenons à nos oignons.

Etapes par étapes, on s’y met et les choses avancent bien.

Dévissage du tourteau, décalage de l’arbre d’hélice, ablation du vieux joint Volvo (sans usure apparente), lavage et dégraissage de l’arbre se font facilement. Nous n’avons pas besoin de le poncer car il est niquel.

Maintenant, ça se corse avec la mise en place du joint PSS. Sa fixation sur l’étambot est ardue car il faut opérer sans rien y voir. Comme je le disais auparavant, le réservoir gasoil réduit considérablement l’accès au presse-étoupe. Jean-Rémy travaille allongé à même les fonds dans la cabine arrière par une ouverture qui ne lui laisse passer qu’un bras ou deux mains !

Serrage des deux colliers, mise en place de la bague en inox qui sert de butée, ré-emboitement de l’arbre dans le tourteau et vissage. C’te galère pour remettre ces deux derniers dans le bon alignement ! Ensuite the last difficulté : la compression du soufflet et vissage de la bague. Pour un arbre d’hélice de 30 mm, on comprime de deux centimètres et on bloque. Manque plus que le tuyau pour l’alimentation en eau du PSS qui permettra de le refroidir et c’est terminé !

Un petit tour en bas histoire de voir l’état dans lequel se trouve Renaissance, RAS, pas bien sale mais sa ligne de flottaison est crade. Un coup sur l’hélice et hop’ on chope le grutier pour qu’il nous remette à l’eau.

Le moteur tourne, verdict ! Pas une goutte d’eau, et le soufflet du joint tournant est bien alimenté. Super, c’est donc rassurés que nous reprenons le chemin de la baie.

Bref, 280 euros de PSS avec une mise en place pas vraiment difficile mais relativement ch*ante car il faut se courber dans tous les sens pour faire les manip’. Un joint Volvo paraît maintenant plus aisé à installer car il n’y a pas de soufflet donc pas de compression à mesurer… C’est qu’il est costaud ce soufflet, faut vraiment appuyer un max’ pour obtenir ces fameux deux centimètres !

Ancien joint Volvo et joint tournant PSS

Bon bah ça devrait être bon pour les vacances, youhou. Reste demain à vérifier sa parfaite étanchéité lors d’une p’tite sortie en mer, navigation test en avant… Enfin si le vent le permet car ça va peut-être souffler… :)

 

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • presse etoupe volvo
  • joint tournant volvo
  • presse etoupe bateau
  • presse etoupe
  • joint tournant volvo bateau
  • presse etoupe pss
  • joint volvo
  • presse étoupe joint tournant