Archives pour la catégorie 'Espagne'

Aguieira nous revoilà !

Pas un poil de vent. Nous quittons le mouillage de Muros sous une chaleur écrasante. Chaque geste nous faisant transpirer à grosses gouttes. Aujourd’hui, Renaissance n’avalera pas beaucoup de milles, six en tout et pout tout. En effet, nous décidons de ne pas quitter la ria ; nous traçons juste en face.

A peine la grand voile hissée, c’est la surprise ; nous trouvons 18-20 nœuds à la sortie du mouillage ! Là on se dit qu’on était alors vachement bien protégé… Renaissance s’retrouve au près et file à fond la fond la caisse ! C’est top ! Et puis voilà l’air qui se rafraichit peu à peu… Et puis voilà carrément de la brume bien épaisse !

Nous arriverons devant Punta Aguieira en même temps qu’un autre bateau. La baie est alors très ventée mais nous jetons tout de même l’ancre. Le brouillard nous entoure maintenant mais un rayon de soleil nous parvient tout de même. Apparemment ce phénomène est assez fréquent sur la côte en été…

La soirée sera très calme. Tout comme Yoda qui surveille attentivement chaque bateau ou chaque canoë. Elle monte la garde, et s’ils avaient la mauvaise idée de s’approcher, sans douter elle les boufferait ! :)

Dans la ria de Muros

Maintenant, nous attaquons les Rias Bajas où nous comptons trainer un peu. Nous levons l’encre pour prendre la direction de la ria de Muros, la première la plus au nord. Apparemment, ce serait la mieux préservée des rias… Changement d’allure, aujourd’hui Renaissance marche au plein vent arrière ! Avec génois tangonné s’il vous plait ! Bon la manœuvre n’a pas été aussi fluide qu’espérée mais au final, ça l’a fait. Nous ne sommes pas encore très familiers avec la mise en place du tangon, surtout qu’il pèse un âne mort ce truc… 6 à 7 nœuds, et vogue bateau ! Nous pêchons encore un maquereau et je me rends compte que j’ai perdu (encore) le leurre de la ligne d’à coté hum.

Cap au NE depuis l’embouchure de la ria ! Nous arrivons rapidement à Muros où pleins de bateaux sont déjà au mouillage. Heureusement la baie est tellement grande qu’il y a de la place pour tout le monde. Nous nous rapprochons un peu du rivage pour trouver moins d’eau. 7m, aller plouf l’ancre !

Il fait super chaud ici. Nous sautons dans l’annexe pour visiter la ville. Nous découvrons  encore pleins d’horreos sur les hauteurs de la ville dispersés dans des ruelles étroites. D’en haut, on remarque que la zone consacrée à la culture de moules sur viveros est assez impressionnante… On flânera encore un peu dans Muros avant de regagner le bord et avant de retrouver le matou qui nous accueille désormais à grands coups de « Miaou » ! :)

Fin de la terre…

Voilà encore une sympathique navigation ! Un vent de face nous a obligé à tirer des bords tout le long du chemin mais le temps était radieux ! Une vingtaine de dauphins sont venus à notre rencontre, c’était chouett’ surtout qu’ils sont restés un bon moment avec nous.

Renaissance a doublé le cap Torinana à la voile mais il n’y avait ensuite plus assez de vent pour passer également le cap Finisterre. C’est donc au moteur et sous le soleil que nous nous sommes approchés de ce célèbre bout de caillou ! Passés celui-ci, nous avons slalomé à travers les casiers avant de virer pour atteindre notre prochain mouillage. Caché derrière le cap, c’est à Finisterre village que nous nous sommes posés. Le bateau dormira entre l’entrée du port et les cailloux. Un tout petit peu plus loin, y’a aussi moyen de jeter l’ancre devant la plage d’Ensenada de Llagosteira en prenant garde au gros gros rocher qui traine à son extrémité SW (corps-morts) ; « zone malsaine » selon le guide… Le soir nous assisterons au ballet des pêchou qui viennent à tour de rôle balancer leurs casiers à l’entrée du port. Le feu de mouillage est allumé, la nuit et la fraicheur viennent de tomber sur les quatre voiliers mouillés (héhé)…

A l’ancre à Camarinas

Le 5 août, nous remontons l’ancre et filons vers le large. La houle est tombée et le vent est là ! Il fait beau et bon. Ces quelques milles nous (me) réconcilient complètement avec la mer car nos conditions de navigation sont vraiment au top pour ce coup-ci ! Renaissance trace sa route tout en légèreté. Nous sommes au près et notre coque avance bien.

Nous doublons le Cap Villano et ses éoliennes au portant après avoir vus nos premiers dauphins ! Quelques individus sont venus nous voir mais ne sont guère restés longtemps…

Nous nous avançons dans la grande ria, passons Muxia et prenons la direction de Camarinas pour un mouillage bien abrité. Aucun soucis pour le trouver ; on peut mouiller à peu près partout ici. Renaissance se rapprochera de Punta Lingundia, au nord-est de la ria. Nous retrouvons les bateaux habituels que nous suivons plus ou moins et qui descendent comme nous, beaucoup beaucoup sont hollandais ou allemands. On retrouve aussi les deux autres Westerly (oceanlord) mouillés pas bien loin de Renaissance.

On ne descendra pas du bateau ce coup-ci, arrivés tard et voulant partir tôt demain pour la nav’ qui nous fera passer le Cap Finisterre. Et puis bon, la douceur de Camarinas et son si joli décor, on connaît déjà un peu… :)

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • cyril gallizia