Archives pour la catégorie '> Travaux et aménagements'

Renforcement des pieds de chandeliers

Tant qu’on est sur le pont, on en profite pour revoir la solidité des pieds de chandeliers. Le constat est qu’ils ont tous plus ou moins travaillé et qu’ils ont pris du jeu au niveau de leur embase. Bref du fait de leur fixation, ils sont actuellement plus « déco » que sécuritaires… Le problème est résolu en y ajoutant des bagues triangulaires en ipé.

Découpage au Fein, collage, boulonnage et c’est au top, ça ne bouge plus d’un poil ! Solution diablement efficace qu’on utilisera également pour les taquets et le balcon avant. Bien que ceux-ci n’aient pas vraiment de jeu…

Courage, il n’en reste plus que deux ou trois ! :)

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • chandelier voilier
  • chandelier voiliers

Place à la fougère

Le pont en bois est pratiquement terminé pour cette partie là. Les lattes ont été collées, jointées, « bouchonnées » et poncées ! JR passe maintenant à l’étrave pour terminer le bout du nez du voilier. C’est parti pour le design, la taille et la mise en place de la fougère ; pièce centrale du pont…

Nous avons reçu les pièces commandées pour remettre presque à neuf le guindeau ; donc changement des roulements et de la fixation alu qui était toute bouffée. Pour info, c’est un guindeau vertical 1000W Anchorman Simpson Lawrence qui n’est plus commercialisé à ce jour mais les pièces ont été trouvées par ici. Ensuite remontage guindeau, peinturlurage de protection et ré-installation de ce dernier…

Sous la chaine d’ancre et sous la poupée, le bois est soumis à des contraintes et aux frottements lors des mouillages. Pour y remédier et limiter les dégâts, on choisit de terminer la fougère du pont avec de l’Ipé pour son côté plus costaud…

Démontage du poste de barre

Le postulat : Notre barre à roue a du jeu et a tendance à craquer lorsqu’on s’en sert.

En avant donc pour voir ce qui se trame là-dedans.

Arf c’te grosse galère pour démonter la console de barre ! Tout est oxydé, on se demande s’il faut l’attaquer par dessus ou par dessous, on cherche le schéma introuvable, on imagine le pire…

C’est finalement en lui tapant très fort dessus que JR gagnera la bataille !

Une fois l’axe de direction sorti, on remarque que ce sont les trois étages de roulements qui sont tous pourris ! Celui d’en bas est le plus atteint, c’est simple les billes sont toutes en morceaux… Après remplacement des roulements, on en profite pour donner un petit coup de neuf à la colonne. Et après la couleur légèrement « coquille d’oeuf » du roof, voilà la couleur « poussin radioactif » pour la barre…

(Heureusement que ce n’est que le primaire… :)

Reprise du pont, acte 2 !

Nous voici maintenant côté tribord. Ça trainasse un peu mais on s’y remet !

Ah ces derniers temps, ça n’a pas été vraiment facile de bosser dehors sur le pont. Entre la neige, les pluies et les températures trop glagla, on préférait laisser nos carcasses au chaud… Mais à présent, plus d’excuses car grand soleil et 15 degrés de moyenne sur Hendaye youhou !

(Et il y a aussi cette envie d’aller faire un peu de voile qui nous titille.

Viteuh viteuh qu’on en finisse de ces travaux… :)

Bon par contre, on observe déjà que le pont de ce côté ci a quelques ratés. Sa mise en place, et surtout l’application des joints de sika, a en effet été plus difficile du fait des conditions climatiques passées. Le scotch servant à protéger les lattes de bois est maintenant indécollable ! C’est donc à grands coups de meuleuse qu’on en vient à bout… Attention à ne pas marquer le bois !

Certaines portions de joints n’ont pas tenu, petites ces portions heureusement qu’on reprendra ensuite lors de la phase « retouches ». Le pourquoi du comment ? Peut-être que certaines lames étaient encore humides à ce moment là ?

JR a maintenant repris le chemin du boulot, réduisant ainsi le temps consacré aux travaux à bord… Allez encore un peu et on passe au pont du « roof arrière ». Cool notre annexe-parapluie (ou annexe-parafuites) va enfin pouvoir dégager yé !!! :)