Pas pressés de rentrer et pourtant !

Le ciel est toujours aussi noir et les grains se succèdent toujours aussi rapidement.

Aujourd’hui, nous sommes samedi et c’est le moment de rentrer. Et oui, lundi, c’est déjà la reprise… Boulot et train-train quotidien quoi. Nous rentrons avec un jour d’avance pour se garder la journée de demain tranquille avec rangement et nettoyage du bateau.

C’est donc en fin de matinée que nous relevons nos deux ancres, qui au final, nous ont permis de dormir correctement dans ce mouillage quelque peu rouleur. Cette première expérience est donc toute positive ! Pas encore besoin de ces inventions d’amortisseur et de stabilisateur anti-roulis au mouillage… JR s’occupe de récupérer la deuxième ancre en embarquant sur notre petite annexe-pataugeoire puis je passe devant pour retrouver mon copain le guindeau.

Derniers regards sur la baie et Renaissance retrouve ses voiles.

Miracle, nous filons à bonne allure avec 15-20 noeuds de vent au travers sous un soleil radieux. Conditions de nav’ parfaites ! Même la houle semble avoir pratiquement disparu pour nous laisser apprécier ce dernier petit bout de chemin… On l’aura eu cette journée tant attendue où tout se goupille idéalement !

On est bien, on apprécie, on se fait dorer par le soleil mais… Nous allons trop vite mdrr. (A noter car c’est très très rare en voilier !) En effet, il n’y a que 10 milles qui nous séparent d’Hendaye et en deux temps trois mouvements, v’là déjà un décor connu qui apparaît. La Rhûne est toujours là et n’a pas l’air d’avoir bougé contrairement à qu’on ressent parfois quand on prend la route.

Et puis voilà, le voilier se faufile entre les autres bateaux qui jouent dans la baie. La Bidassoa se rapproche avec l’entrée du chenal. Les virements de bord sont effectués avec une délicatesse et une efficacité presque surprenantes… Ça y est, nous sommes devant le chenal, bon on enroule ? Ça fait presque ch*er…

Bon alors, y a-t-il un bateau à notre place ? (Bien qu’en fait, nous n’ayons pas vraiment de place attitrée sur ce quai sud… Mais on est mieux là que là et c’est comme ça) Et… Oui ! Mais comme le voilier présent est connu et normalement sur corps-mort dans la baie, nous décidons de patienter à couple de la goélette…

C’est à la nuit tombante que Renaissance rejoindra le quai et accueillera les premières gouttes de pluie hendayaise du moment ; pluie et temps vraiment pourris qui persisteront durant trois jours sans AUCUNES interruptions !

Héhé bienvenue à la maison ! :)

----------Articles similaires:----------

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *