Collage des lames de pont

On y est. Les lattes de pont sont une à une scotchées, numérotées et dégraissées à l’acétone. La surface est propre et sèche. La visseuse nous attend, tout comme les cartouches de Sika. Suivant les conseils de la marque concernant le ragréage, le collage et le calfatage des ponts en teck (voir par ici) ; nous utiliserons du Sika 298 pour le collage du pont. En avant donc !

L’extérieur est fait en premier pour revenir ensuite vers le centre du bateau. Ça se fait assez facilement en fait. On barbouille, spatule, pose, cintre et cloue… Ainsi de suite. Jean-Rémy démonte ensuite le rail d’écoute pour poser les dernières lattes de pont. Collage et revissage de ce dernier. Idem également pour les deux taquets.

Nous utiliserons du Sika 292 comme le proposent leurs recommandations concernant la pose et l’étanchéité des éléments d’accastillage soumis à des tensions mécaniques (voir par là) avec serrage en deux temps. Bon, avouons que nous aurons aussi recours à une petite touche de silicone magique…

Maintenant qu’tout ça est sec, place aux joints ! Et c’est pas la partie qu’on préfère, loin de là… :)

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • collage pont teck
  • pont en teck
  • changement du pont en teck d\un voilier

----------Articles similaires:----------

6 commentaires pour “Collage des lames de pont”

  1. BANI dit :

    Bonjour,

    Vous dites utiliser un bois plus économique que le teck… quelle essence avez-vous utilisé au final ?

    JB

  2. Guirec.m dit :

    Salut,

    J’ai une petite question suite à la pose d’un pont en iroko.
    Faut il mettre une protection sur le pont genre huile ou vernis ou autre?

    J’entends a peu près tous les discours, certains me disent qu’il ne faut surtout rien mettre d’autre disent de l’huile d’autres du vernis.

    Qu’avez vous choisis?

    Merci

    • Christelle dit :

      Salut, pour le pont en Iroko, on a choisi la solution économe et faignante !
      Bref, on a rien mis dessus parce qu’un pont gris-blanc ça le fait aussi. Pour l’entretien, brossage en travers pour ne pas léser la fibre du bois, et un coup d’acide oxalique permettrait de rajeunir le bois et sa couleur… Ça marche ; on a testé sur le liston en teck mais par contre quel effet sur les joints du pont ?
      L’huile, à renouveler, sature, noircit et dégueulasse le bois…
      Le vernis, à renouveler, glisse et s’effrite…
      Le cétol (lasure, vernis, huile), essayé y’a deux ans n’a pas tenu sous le piétinage régulier du pont (à renouveler tous les 6 mois)… Et nous n’avons pas voulu retenter le coup.
      Voilà. Mais peut-être existe-t-il un produit miracle ?

      • Frédéric dit :

        J’ai trouvé la solution pour le pont en teck, acajou ou Iroko.
        Un produit invisible non invasif et renouvelable sans peine!
        Il convient aussi bien pour un bois neuf qu’usé.
        Si je peux vous aider et vous faire part de mon expérience! voici mon N° 0032 476 265800

  3. Nathan dit :

    Bizarre,
    Pourquoi utiliser un bois exotique quand notre cheptel Européen nous offre du Robinier ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *