Sur bouée à Luarca

Luarca, jolie petite ville nichée au fond d’une vallée. Nous te découvrons après 40 milles de mer pendant lesquels nous avons eu différentes conditions. Un peu de voile, puis moteur dans une atmosphère très étrange…

Et puis là, la certitude qu’on allait se prendre un bon grain orageux sur la tête… On entendait le tonnerre et des éclairs zébraient le ciel un peu plus loin. Bateau bien rangé, mais à quelle sauce allons nous être mangés ?

C’est donc un peu humide que nous nous sommes présentés devant les digues du port. L’entrée peut être difficile par temps houleux. Un mouillage peu praticable est indiqué sur bâbord. Une fois à l’intérieur, nous découvrons trois autres voiliers français déjà en place. Ici l’amarrage se fait sur bouée puis il faut tirer une aussière jusqu’au môle. Le guide indique 6 bouées disponibles pour accueillir les bateaux de passage mais en fait il n’en reste plus qu’une. Nous prenons donc la dernière, gonflons l’annexe pour grimper sur la digue et mettons en place notre amarre. La manœuvre sera plutôt facile, pas un souffle de vent ; ça aide…

Nous partons visiter la ville. Beaucoup de biens immobiliers sont en vente. De nombreuses vieilles bâtisses en pierre menacent de s’écrouler et nous découvrons d’autres greniers sur pattes, comme les horreos de Galice… Monter sur les hauteurs de la ville permet d’avoir un chouett’ panorama.

Bref Luarca, coincée entre mer, montagne et rivière, possède un petit charme authentique qu’on apprécie bien et finalement, nous resterons une nuit de plus ici…

Ah et ce soir c’est maquereau ! Hé oui, nous avons pêcher nos deux premiers poissons grâce à nos lignes de traine ! Cool parce que je désespérais un peu avec mes trois lignes à l’eau depuis le départ…

Mais pour tout dire, je ne sais pas si elles sont vraiment efficaces. Je m’explique, le premier poisson, on l’a attrapé par le ventre et le second ? Bah on l’a remonté par la queue mdrr ! Peut-être qu’on est juste passé dans un banc de maqu’reaux endormis et qu’on les a embrochés au passage…

Faut dire que tous les deux, on n’y connaît rien, et que la confection des lignes est un peu … aléatoire quoi. Donc à suivre ! :)

----------Articles similaires:----------

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *