Archive pour le tag voilier maison Tag

Première nav’ de l’année, escale au Cap d’Agde

Hier, belle journée ensoleillée…

On en a donc profité pour quitter Sète !

Après tout, plus rien ne nous rattachait à ce port et on commençait à en avoir marre. L’ambiance, l’environnement… Bref un petit raz-le-bol qui nous pesait. On retiendra tout de même la gentillesse des gens de la capitainerie et leur accueil sympathique. Au niveau du travail, tout va pour le mieux puisque mon contrat à l’hosto s’est achevé plus tôt que prévu et puisque Jean-Rémy a également terminé le sien quelques jours après moi. Libres, nous avons pris la mer alors toute plate, à peine froissée par quelques rares risées. Dès que nous sommes sortis du port et les voiles au vent, nous avons été tous les deux surpris par le silence et par le calme. Impression bizarre sur le coup… En fait, nous nous étions jamais rendu compte que le port était particulièrement bruyant mais faut croire… Un petit vent nous a permis de naviguer à la voile quelques temps, puis plus rien ! Le moteur a donc été démarré quand le périple a commencé à vraiment s’éterniser et que la température s’est rafraichie.
Bref, petit bilan de cet après-midi : 11 miles en 4h30 de navigation bien fraîche ! Nous sommes arrivés vers 18h au port du Cap d’Agde avec le soleil couchant et après avoir été repris par la police pour n’avoir pas indiqué le port d’attache du voilier !

Petite escale dans le port qui a vu barboter Renaissance dans l’eau pour la toute première fois ; il y a maintenant un peu plus de 10 mois… Prochaine étape : Gruissan !
NB : Pour la prochaine vadrouille en mer, il va falloir penser à investir des des polaires bien chaudes et dans des lunettes de soleil car grelotter en se cramant les yeux c’est pas le top !

La date est posée

« Ah Christelle, il faut que je vous vois pour vos dates de congés annuels… »
Moi aussi, je voulais m’entretenir avec vous ! Euh… Et c’est moi qui commence.

J’ai enfin pu annoncer à la cadre du service dans lequel je travaille actuellement que je partais bientôt. Quel soulagement ! Mais en même temps, je me traîne toujours cette petite impression de culpabilité qui me sous-entend que j’abandonne mon équipe et donc les personnes qui bossent avec moi.

C’est quand même terrible de se sentir honteuse de partir, d’éprouver le désir de changer de port et de vouloir travailler ailleurs. Et tout ça parce que le système hospitalier vous fait croire que vous êtes indispensable en ces temps de pénurie d’infirmières et que si vous lâchez tout, vous mettez tout le monde dans la difficulté. Il vous manipule autant qu’il le désire. Un pion vous êtes. Et puis mince, comment il faisait sans vous !?

J’ai donc donné mon préavis d’adieu qui me fera travailler jusqu’au 15 mars. Après, ce sera à voir avec Jean-Rémy selon sa situation. Ainsi, si lui aussi est libre, nous partirons de suite direction Gruissan. Et si ce n’est pas encore le cas, nous irons au Cap d’Agde le temps qu’il finisse son boulot afin d’écourter ses trajets boulot-dodo et surtout afin de quitter Sète !

Sinon quoi de neuf ? Comme tout le monde, on a froid et on ne languit qu’une seule chose ; pouvoir se réchauffer avec les premiers rayons de soleil du printemps…

Ca caille au bercail

Aglagla qu’il fait froid !

La température extérieure varie entre 0 et 5°C en ce moment… Et dire que la semaine dernière, on se baladait dehors encore très légèrement couvert ! L’hiver a définitivement pointé le bout de son nez avec son lot de grelottements et de claquages de dents. En plus du froid sec, un petit vent glacial vous rappelle que vous n’avez pas bien fermé le haut de votre manteau et que vous auriez du, quitte à avoir l’apparence d’un boudin emmitouflé de haut en bas, piquer le bonnet déformé qui traine lui bien au chaud au fond d’un placard…
Les quelques passages obligatoires dans ce froid prennent l’allure pour moi de courses très sportives où le seul objectif est d’arriver le plus vite possible à la destination chauffée. J’admire par la même occasion les quelques courageux promeneurs qui parsèment mon chemin.
A l’intérieur du voilier, c’est pas le pied ! L’artisanal chauffage à eau du capitaine a du mal à nous offrir une température ambiante correcte. Tout est fermé et les hublots gelés sont calfeutrés avec de l’isolant en alu afin d’éviter le plus possible les déperditions de chaleur… Ça fonctionne plus ou moins, enfin, j’ose espérer que ça marche un minimum. En tout cas, ça règle temporairement le problème du manque de rideaux aux hublots mdrr !
Ce matin, je me suis levée la tête embrumée et chaire de poule au bras, je me suis dirigée vers le thermostat. Verdict : 8,5° ! Aaah… (cri d’horreur et de désespoir) Bref, de quoi être de bonne humeur de bon matin ! En route chauffage, t’as du boulot ! Quelques instants après, assez longs ces instants, la température est difficilement remontée à 13° à coup de souffle tiède puis froid ou presque…
Bon je me plains mais j’ai encore le privilège de travailler dans un endroit bien chauffé, mais pas le chef… J’espère ainsi que cela ne mettra pas nos (ses) humeurs et nos (ses) nerfs à vifs, et surtout que le moral sera épargné parce qu’avoir tout le temps froid, bah ça use.

Interrogation du jour : chauffage à eau ? Euh… ça ne gèle pas l’eau ?   :)

Nouveau port, nouveau décor

Cela fait maintenant quelques jours que nous sommes au port de Sète et petit à petit on se fait à ce nouvel environnement.
Le Môle Saint Louis compte 345 anneaux et nos premières impressions sont plutôt bonnes.
La capitainerie qui est flottante nous a accueilli très sympathiquement ! C’est un petit port super vivant qui nous change de Port Camargue. C’est toujours surprenant de voir autant de monde sur le ponton. Bon ok, nous sommes au ponton dédié aux visiteurs mais quand même ! Pour ce qui concerne les tarifs, un mois à Sète nous coûtera 331 euros ainsi qu’un supplément de 30 euros mensuels car nous vivons à bord.

Ah oui ! Ca y est ! Le voilier est désormais également mon chez-moi. J’ai emménagé il y a peu, ramenant avec moi quelques cartons au grand dam du capitaine qui considérait mes affaires comme une espèce de bordel inutile sur le voilier ! J’ai donc du lutter pour les lui faire accepter :) Et sincèrement… Si on devait objectivement comparer qui de nous deux possède le plus grand bazar qui ne sert à rien sur le bateau, je ne serai pas en tête de liste mdrr !
« C’est quoi ce truc, c’est à jeter ? » (Je tiens alors dans les mains une sorte de fil tout tordu et à moitié pourri) … « Euh non mais c’est à garder, on ne sait jamais ! » …
Bah voyons, et c’est moi qui entasse…

Sinon, il fait beau et bon ! Sète est une ville pleine de charme et de petits coins à visiter. Côté boulot sur Renaissance, on n’avance pas du tout en ce moment. Il faut dire que Jean-Rémy reprend le travail lundi prochain, moi le lundi d’après, alors entre repos et ballades, on profite avant de reprendre …


Les petits points noirs du tableau :
Le voilier comme tous les autres bateaux bouge relativement beaucoup à chaque passage de chalutiers et autres…
La propreté des eaux du port est plus que bof…

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • voilier ELORA